Le W.E. Upjohn Institute for Employment Research souligne les résultats des travaux du professeur Etienne Lalé

Le W.E. Upjohn Institute for Employment Research souligne les résultats des travaux du professeur Etienne Lalé en leur consacrant un article disponible ici : https://www.upjohn.org/research-highlights/new-research-debunks-popular-notions-about-multiple-jobholding.

L’article est consacré au projet du professeur Etienne Lalé intitulé ”Understanding the Evolution of Multiple Jobholding in Canada and the United States” – «Comprendre les évolutions du cumul d’emploi aux Canada et aux États-Unis ». Il met en avant l’écart qui sépare la réalité du cumul d’emploi de la perception de ce phénomène. En effet, l’idée communément admise est que le cumul d’emploi concerne des travailleurs pauvres, peu diplômés et en situation précaire, qui se voient contraint de combiner plusieurs emplois à temps partiel afin de générer l’équivalent d’un revenu temps plein. Toujours selon l’opinion commune, le phénomène serait en plein essor du fait de la flexibilisation des marchés du travail et de la diffusion des formes d’emploi dits « atypiques » qui l’accompagne. Les travaux d’Etienne Lalé montrent que ces idées ne correspondent pas à la réalité du cumul d’emploi. Dans les données empiriques, le cumul d’emploi concerne principalement des travailleurs diplômés qui ont un emploi stable, à temps plein, suffisamment flexible s’agissant des horaires pour qu’il puisse être cumulé avec un second travail à temps partiel qui fournit un complément de revenu. Au cours des 25 dernières années, ce phénomène est resté relativement stable : il a légèrement progressé au Canada et a eu tendance à diminuer aux Etats-Unis.

Dans un note de l’Upjohn Institute ( ”Multiple Jobholding: Knowing the Facts to Draw Proper Policy Conclusions”), Etienne Lalé explique comment une bonne connaissance empirique du phénomène de cumul d’emploi permet d’orienter certaines décisions de politique publique. La note est disponible ici : https://research.upjohn.org/cgi/viewcontent.cgi?article=1011&context=up_policybriefs.

École des sciences de la gestion

Reconnue pour la qualité de son enseignement pratique, l’excellence de sa recherche appliquée et sa présence internationale, l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM) affirme son leadership par une vision audacieuse et porteuse d’avenir.

Coordonnées

École des sciences de la gestion
315, rue Sainte-Catherine Est
Montréal (Québec) H2X 3X2